Fleur de lys

Les mythes et les légendes évoquent sa beauté et sa grâce

L’élégance que personne ne peut enlever

Elle symbolise la pureté et l’humilité

L’espoir et la persévérance

Apportant la joie et le bonheur

Dérive de tristesse et de chagrin lointain

Lire la Suite

Publicités

Kartini, féministe indonésienne la plus célébrée

Kartini est peut-être l’héroïne indonésienne jouissant de la plus grande notoriété. On oublie souvent Rohana Kudus, Maramis, Yunisah, Said, voire Dewi Sartika dans l’histoire du mouvement des femmes. Mais Kartini est toujours citée. Dans la plupart des articles, elle est perçue comme la pionnière dans l’ouverture d’une école.

Lire la Suite

La pensée naturelle et l’hypothèse de la polyphasie cognitive

Dans son travail sur les représentations sociales de la psychanalyse, Serge Moscovici a trouvé trois observations troublantes à propos de la pensée naturelle : (a) Les participants dans cette étude utilisent leur intelligence concret au lieu l’intelligence abstrait, (b)  La pensée d’adulte implique les éléments de la pensée enfantine ; une sorte de globalisme ou syncrétisme, dirait Piaget, (c) Le même individu emploie une pluralité de styles de pensée.

Lire la Suite

Rohana Kudus

Rohana Kudus était une femme courageuse de Minangkabau, Sumatra de l’ouest. Même si elle n’a jamais reçu une éducation formelle, elle étudiait de manière autodidacte en lisant des journaux et d’autres lectures que son père apportait de son bureau. Elle apprenait également de façon informelle auprès de sa voisine, une Hollandaise. Très jeune, Kudus parlait Hollandais, Latin et Arabe.

Lire la Suite

Dewi Sartika

Dans la lutte pour promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes notamment dans le domaine de l’éducation, l’Indonésie peut être fier d’avoir eu six femmes extraordinaires dans son Histoire : Dewi Sartika, Raden Ajeng Kartini, Rohanna Kudus, Rahmah El Yunisiah, Rasuna Said et Maria Walanda Maramis. Elles revendiquaient le droit et le devoir de suivre une scolarité identique à celles des garçons pour toutes les filles.

Lire la Suite

La protection de la victime comme la responsabilité de l’Etat – 1

La société américaine avait explicitement rejeté la doctrine du châtiment à partir de la fin du XIXe siècle (Goldfarb, 2004). L’Alabama fut le premier Etat à annuler le pouvoir absolu du mari du châtiment en 1871, suivi par d’autres états. En 1882, le Maryland devint le premier État à adopter une loi qui sanctionne les violences faites aux épouses comme un crime puni par 40 coups de fouet ou un an de prison (Lemon, 1996). Cependant, les juges étaient toujours réticents à condamner les maris violents (Ames & Dunham, 2002). La société regardait les femmes comme celles qui provoquaient les violences. Étant encadrée de cette manière, l’intervention appropriée fut de faire comprendre aux femmes d’avoir de meilleurs comportements pour éviter les provocations. Cette notion de la violence conjugale demeure jusqu’au XXe siècle (Goldfarb, 2004).

Lire la Suite